UN JOUR, UNE QUESTION : 

Les origines de la généalogie sont-elles anciennes ?

L’engouement actuel pour la généalogie (on recense 150 associations affiliées à la Fédération française de généalogie et plusieurs millions de visiteurs sur les sites web dédiés aux recherches généalogiques), facilité par les nouvelles technologies, s’inscrit dans une tradition séculaire. La généalogie est présente dans tous les récits fondateurs de toutes les grandes civilisations. Dans la Rome impériale et dans la

Grèce antique, on a le souci de connaître sa généalogie comme facteur de légitimité sociale… au moins dans les élites sociales. Le Moyen Âge est marqué par le même souci de connaissance de sa parenté, pour

être notamment en conformité avec le droit, particulièrement pour le mariage qui interdit de se marier avec des proches parents. Sous l’Ancien Régime, la même recherche d’une filiation était cette fois pour les nobles attachés à conserver leurs privilèges. La curiosité historique de pouvoir se rattacher à ses ancêtres remonte aussi loin. Aujourd’hui, la généalogie est considérée par les historiens professionnels comme l’une des sciences auxiliaires de l’histoire. Dans cette idée réside le fait que la généalogie permet de fixer des connaissances et des repères. L’enseignement de l’histoire, à partir de la fin du XIIe siècle se structure autour de chronologies universelles. Ce ne sont rien d’autre que des généalogies commentées. Devenue démocratique avec la multiplication des fonds mis à disposition du plus grand nombre, en particulier la numérisation des archives (état civil, registres paroissiaux, cadastres, archives notariales) ces dernières années, la généalogie est aujourd’hui le loisir favori de bien des personnes, plus souvent en quête de racines où trouver du sens à leur identité. C’est finalement un retour aux sources, une version moderne des mêmes recherches que dans l’Antiquité. 

 

CA S'EST PASSÉ UN: 

22 novembre 845, 

Nominoë et les bretons battent les troupes du roi Carolingien Charles le Chauve à Ballon près de Redon. Pour Charles le Chauve cette défaite marque l'échec de la conquête de la Bretagne. Elle devient indépendante du royaume et le restera pendant 7 sièces jusqu'à Anne de Bretagne.

UN JOUR, UNE QUESTION :

Qui sont les découvreurs du Quebec ?

 

En 1508, Thomas Aubert  pêcheur normand, part en campagne sur Terre-Neuve. Il s’aventure dans le golf du fleuve du Saint-Laurent. La preuve, il ramène des Amérindiens en France ! 26 ans plus tard, Jacques Cartier entreprend son premier voyage, financé par François Ier pour gagner les Indes en faisant route par le nord-ouest de l’Atlantique. Il explore alors le golfe du saint-Saint-Laurent.... Un an plus tard il revient, va jusqu’à Québec et arrive à remonter le Saint-Laurent. Il aboutit à Hochelaga ; il baptise la montagne toute proche : «Mont-Royal». Montréal est née ! À la fin du siècle, des colons s’installent sur l’île de Sablé. En 1600, Pierre de Chauvin fonde un poste saisonnier à Tadoussac et Champlain explore les terres découvertes par Cartier et d’autres encore… En 1608, il fonde Québec ; la colonisation de la Nouvelle-France commence officiellement.

 

LE CHIFFRE DE LA SEMAINE: 

1.900.000 €

Le chapeau de Napoléon était à vendre le 18 novembre 2014, en tout cas l’un des 19 bicornes authentifiés de l’empereur.

Il s’agirait du bicorne porté par Bonaparte lors de la bataille de Marengo. Mis aux enchères à Fontainebleau lors de la vente de la prestigieuse collection du Palais princier de Monaco il a été attribué pour près d’1,9 million d’euros.